Détail du produit

MONSIEUR MARDI-GRAS DESCENDRES INTEGRALE - TOME 0 - MONSIEUR MARDI-GRAS DESCENDRES INTEGRALE

Code EAN13 : 9782800167312

Prix unitaire (TTC)

44.00 €

Non disponible

Auteur: LIBERGE

Résumé :

Les squelettes de l'œuvre culte d'Éric Liberge enfin en intégrale. Éric Liberge a reçu le prix Goscinny en 1999 pour le début des aventures de Monsieur Mardi-Gras Descendres. Cette œuvre unique, peinture virtuose d'un purgatoire peuplé de squelettes rafistolés et dissertant sur le café ou la métaphysique, est très vite devenue culte. Fable délirante et mystique, croisement incongru de Jacques Tati et de Stanley Kubrick, la saga Monsieur Mardi-Gras Descendres est réunie en intégrale à l'occasion de la parution de son préquel, Le Facteur Cratophane.
Code EAN13 9782800167312
Auteur LIBERGE
Éditeur DUPUIS
Genre BD (Franco-Belge) - Coffrets & Intégrales
Date de parution 04/03/2016
Support Broché
Description du format Version Papier
Poids 1693 g
Hauteur 319 mm
Largeur 240 mm
Épaisseur 29 mm
Aucun événement lié à cet article

Une histoire de Purgatoire situé sur la planète Pluton avec un squelette pour héros ? Je signe tout de suite ! ^^ Notre défunt Victor Tourterelle atterrit dans un monde désertique, seul, sans souvenirs, avec ses vieux os pour seule richesse. Très vite, il comprend qu'il est au Purgatoire, un endroit étrange régit par des règles inconnues et encore plus étranges, règles qu'il ne faut surtout pas tenter de comprendre sous peine de s'attirer les foudres du tyran au pouvoir.

Pourtant, notre cher Victor, désormais renommé Mardi-Gras Descendres, n'est pas du genre à rentrer bien sagement dans le rang et devient très vite l'enjeu d'une terrible lutte entre les rebelles et le pouvoir. Car il possède un talent qui vaut son pesant de café: ses talents de cartographe pourrait permettre d'établir une carte du Purgatoire pour la toute première fois !

Intrigue, trahison, drogue, café et voyage intérieur sont au programme de cette jolie Intégrale !

 

Juliette, libraire à Metz

Librairie auteur de la critique : Momie.fr