Détail du livre

PARTAGER LA PAGE

NOTRE MERE LA GUERRE - VOL01 - PREMIERE COMPLAINTE

Code EAN13 : 9782754801652

Auteur : KRIS/MAEL

Éditeur : FUTUROPOLIS


   Disponible
Janvier 1915: trois femmes sont tuées sur le front. Sur chacune des victimes, une lettre d'adieu, écrite par leur meurtrier. Et si c'était la guerre elle-même qu'on assassinait? Après Un Homme est mort et Coupures irlandaises, le nouveau grand récit de Kris! Maël: la révélation exemplaire d'un dessinateur qui joue désormais dans la cour des grands!
Janvier 1915, en Champagne pouilleuse. Cela fait six mois que l'Europe est à feu et à sang. Six mois que la guerre charrie ses milliers de morts quotidiens. Mais sur ce lieu hors de raison qu'on appelle le front, ce sont les corps de trois femmes qui font l'objet de l'attention de l'état-major. Trois femmes froidement assassinées. Et sur elles, à chaque fois, une lettre mise en évidence. Une lettre d'adieu. Une lettre écrite par leur meurtrier. Une lettre cachetée à la boue de tranchée, sépulture impensable pour celles qui sont le symbole de la sécurité et du réconfort, celles qui sont l'ultime rempart de l'humanité. Roland Vialatte, lieutenant de gendarmerie, militant catholique, humaniste et progressiste, mène l'enquête. Une étrange enquête. Impensable, même. Car enfin des femmes... c'est impossible. Inimaginable. Tout s'écroulerait. Ou alors, c'est la guerre elle-même qu'on assassine...
  • Code EAN13
    9782754801652
  • Auteur
  • Éditeur
    FUTUROPOLIS
  • Genre
    BD (Franco-Belge) - Historiques
  • Date de parution
    17/09/2009
  • Support
    Relié
  • Description du format
    Version Papier
  • Poids
    563 g
  • Hauteur
    300 mm
  • Largeur
    235 mm
  • Épaisseur
    11 mm
Maël sort son nouvel ouvrage : Revenants !
Du
28/09/2013
au 28/09/2013
Lire la suite

Libraire à Metz : 1915. Dans les tranchées françaises le froid et le souffle des mortiers sont les seules compagnes des Poilus. Au fond d'un trou, un homme agonise, une balle dans le ventre, essayant d'appeler ses frères d'armes...en vain. Dans ce chaos où l'odeur de la mort lente règne, les tueries sont normales. C'est la guerre, chère Patrie!. Mais d'autres atrocités sont plus inexplicables, comme le meurtre de jeunes femmes, retrouvées égorgées sur le front avec comme seule marque de leur calvaire, une lettre de leur assassin.

Et bien sûr, dans cette grande débâcle, un groupe d'infortunés (et hélas pour eux repris de justice) font des coupables idéals pour tous les généraux, mais pas pour le gendarme Vialatte, chargé de lever le voile sur cette sombre histoire.

Illustré par Mael (dessinateur de l'Encre du passé) le graphisme de Notre mère la guerre s'éloigne des autres titres du genre. Ici, le dessin transpire le gris et les teintes pâles pour mieux faire ressentir nos poilus dans le froid de la guerre. Mael choisit aussi lors des scènes de batailles d'exploser sa palette de couleurs, du gris on passe au rouge sang comme pour justifier de façon impressionnante les affres des combats.

Avec son habituel talent d'écriture et de mise en scène de l'Histoire, Kris (auteur de « Un homme est mort » ou encore « Coupure Irlandaise ») réussi à nous captiver encore une fois en mélangeant deux genres pourtant souvent représentés mais rarement réunifiés : le polar et le récit de guerre.

Tout comme Tardi (dans « Putain de guerre » ou « C'était la guerre des tranchées »), l'ambiance est ici capitale. Outre l’enquête, c'est la description méticuleuse des lieux, des costumes ou même des dialogues qui impressionne. Toutes ces recherches rapprochent le lecteur non pas des péripéties, mais des personnages. Car c'est là le véritable enjeu de Kris, créer des hommes à la frontière du réel sans oublier l'Histoire et la narration. Au fil du temps on finit par s’inquiéter pour ses soldats, on frissonne pour eux lorsque le cri de l'obus arrive et on finit par comprendre...que oui « c'est une putain de guerre » et que l'horreur de millions personnes n'est pas qu'une ancienne fiction, mais simplement une coupe dans notre histoire qu'il est important de ne jamais oublier.

 

Librairie auteur de la critique : Momie.fr